Comment devenir un collègue insupportable en dix leçons ?

Il est bruyant, égoïste, hyperactif, lèche-botte, parfois tout à la fois ; le collègue insupportable est un spécimen plus répandu qu’on ne l’imagine en entreprise.
Du petit défaut pénible au caractère totalement détestable, apprenez comment devenir le cauchemar de vos collaborateurs en dix leçons.

Le collègue insupportable dans ses méthodes de travail

Au bureau, les caractères et les méthodes de travail se côtoient et sont, en théorie, une source de richesse pour l’entreprise. C’est sans compter sur certains employés qui, de manière plus ou moins volontaire, s’appliquent à compliquer le quotidien de leurs collègues. Passage en revue de cescollègues insupportables qu’on apprécie… à petite dose.

• L’hyperactif : il a mille idées à la seconde, change d’avis toutes les dix minutes et enchaîne les projets plus ou moins réalistes. Comme il aime partager, il bombarde ses collègues de mails pour les prévenir à chaque fois que son esprit fertile accouche d’un concept, conduisant lentement mais sûrement ses collaborateurs à classer ses messages en spam.

• Celui qui ne sait pas s’arrêter : avec lui, le travail, c’est 24/24h et 7/7j. Gentil mais un brin envahissant, ce collègue insupportable est adepte du mail à 3 heures du matin et du texto le dimanche en plein repas chez belle-maman pour savoir comment avance un projet. Certains poussent même le vice jusqu’à parler de travail le soir de Noël, de quoi frôler l’indigestion juste avant la bûche.

• Le « maudit » : c’est celui à qui tout arrive. L’ordinateur qui ne s’allume pas, le dossier de 150 pages à relire avant le lendemain, la machine à café qui ne distribue plus de touillettes, c’est toujours sur lui que ça tombe et c’est forcément une catastrophe. Pas foncièrement nocif, ce banni des Dieux peut rapidement lasser ses collègues, en particulier ceux qui partagent son bureau et doivent supporter ses petits drames au quotidien.

• Le prétentieux : quand on l’écoute, on a l’impression qu’il sait tout faire, généralement mieux que les autres et que si l’entreprise fonctionne aussi bien, c’est un peu grâce à lui. Du coup on serait tenté d’attribuer à ce collègue insupportable la casquette de directeur… dès que sa tête aura dégonflé.

• Le lèche-botte : vouant une admiration sans borne (et plus ou moins sincère) à son chef, il veut être bien vu et ne lésine pas sur les moyens. C’est celui qui finit ses dossiers en avance, accepte de partir 2h après les autres tous les soirs et vous ferait presque complexer de respecter vos horaires.

Le collègue insupportable qui manque (un peu) de savoir-vivre

Quand ce n’est pas par ses méthodes de travail, le collègue insupportable se révèle à travers son attitude difficile à vivre au quotidien.

• Le bruyant : il se décline sous deux versions. Le bruyant verbal, dont la voix ne descend jamais en dessous de 120 décibels et dont le rire fait trembler les autres et son alter ego, le bruyant matériel. Particulièrement crispant, ce collègue insupportable sur la durée aime faire cliqueter son stylo, pianoter avec ses ongles sur son bureau et mâcher son chewing-gum la bouche ouverte.

• La langue de vipère : il est au courant de toutes les rumeurs et en invente parfois quelques unes pour avoir de quoi faire la conversation devant la machine à café. Avec lui, mieux vaut rester sur ses gardes : tout ce que vous direz pourra être amplifié et utilisé contre vous.

• L’humoriste : adepte de coussins péteurs et d’histoires belges, il connaît le répertoire de Patrick Sébastien par cœur et est toujours partant pour une blague subtile dont il a le secret. Si son humour peut instaurer une bonne ambiance au bureau, il se transforme rapidement en collègue insupportablelorsqu’il en abuse.

• Le radin : tout le monde a déjà offert sa tournée de café du matin. Tout le monde a déjà partagé son paquet de biscuits à l’heure de la pause goûter. Tout le monde, sauf lui. Par contre, il n’est pas contre le fait de vous prendre l’un des biscuits en question. Puis un autre. Puis douze.

• Le bavard : il n’est pas méchant, il est même plutôt sympathique, mais il parle. Beaucoup. Trop. Ses vacances, ses enfants, ses géraniums qui ne poussent pas, tout est prétexte à une discussion interminable. Quand vous croulez sous le travail et qu’il surgit dans votre bureau toutes les dix minutes, ce charmant individu se transforme rapidement en collègue insupportable.

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: