Crédit interentreprises : de quoi s’agit-il ?

Le crédit interentreprises est un dispositif permettant à certaines entreprises en mal de trésorerie de bénéficier d’un financement. En quoi consiste exactement le crédit interentreprises ? À quelles entreprises est-il destiné ? Quelles sont les contraintes d’une telle solution de financement pour les parties prenantes ? Tout ce qu’il faut savoir sur ce dispositif.

Qu’est-ce que le crédit interentreprises et quels sont ses avantages ?

Le crédit interentreprises permet à une entreprise de prêter des fonds à une autre ; généralement une PME (Petite ou moyenne entreprise) ou une ETI (Entreprise de taille intermédiaire).

Ce dispositif s’adresse uniquement aux entreprises ayant un partenariat commercial bien établi et la durée totale du crédit ne peut excéder une période deux ans. Les entreprises créditrices, souvent des donneurs d’ordres, doivent par ailleurs disposer d’un excès de trésorerie.

Le crédit interentreprises présente un véritable intérêt pour les entreprises de type PME, qui sont parfois confrontées à des difficultés lorsqu’elles souhaitent emprunter par le biais de circuits classiques, c’est à dire grâce aux banques ou aux intermédiaires financiers. Interagir directement avec une autre entreprise est également un excellent moyen de réduire les procédures, souvent longues et fastidieuses, menant à l’obtention d’un prêt.

Pour Jean-Christophe Fromentin, député UDI, maire de Neuilly-sur-Seine et porteur d’un amendement sur le sujet, le crédit interentreprises aurait également l’avantage de « renforcer le tissu économique au niveau régional et dans certaines branches ».

> À lire aussi : Comment financer une entreprise ?

Les limites du crédit interentreprises

Le crédit interentreprises n’est pas une alternative sans risque pour les entreprises prêtant des fonds à leurs partenaires commerciaux. Contrairement aux banques, dont c’est la spécialité, la solvabilité d’une entreprise peut être difficile à évaluer.

Une autre problématique apparaît également pour les entreprises contractant un crédit interentreprises : celle de la dépendance à l’égard d’un donneur d’ordre. Cette dernière peut donner lieu à des tensions, ou à une mise sous pression des donneurs d’ordres à l’égard des contractants.

Pour ce qui est du taux de crédit interentreprises, il va de soi que celui-ci doit être limité, afin que le dispositif représente un véritable avantage par rapport aux prêts pratiqués par les institutions financières classiques.

D’un côté comme de l’autre, il est fortement recommandé de faire appel aux services d’un spécialiste ou d’un avocat afin d’établir un contrat clair, récapitulant toutes les conditions du crédit interentreprises et les obligations des deux parties.

> À lire aussi : Comment choisir son avocat d’entreprise ?

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: