Quartier d’affaires de la Défense : quand l’art s’invite parmi les gratte-ciel

Depuis sa création dans les années 60, le quartier d’affaires de la Défense s’est fait l’hôte de nombreux artistes et architectes, venus modeler ou enrichir son environnement. Surréalisme, abstraction, cinétisme, art conceptuel : une multitude de courants artistiques et d’influences s’immiscent entre les gratte-ciel et viennent donner au quartier d’affaires parisien son design si particulier. Aujourd’hui, le projet « Paris La Défense Art Collection » entend valoriser ces différentes oeuvres pour permettre au public de (re)découvrir ces éléments du patrimoine.

Le quartier de la Défense, musée à ciel ouvert

Quand on parle du quartier de la Défense, on pense immédiatement à ses colossales tours de verre et d’acier qui s’élancent vers le ciel. Mais l’art et la culture ont su se frayer un chemin parmi les immeubles d’entreprise et influencent l’architecture et l’aspect du site. Les monuments d’architecture que sont notamment l’illustre Grande Arche ou le Cnit, s’intègrent dans un environnement à la fois moderne, fonctionnel et prestigieux, reflétant la puissance et les ambitions du plus grand quartier d’affaires en France.

Au-delà de ces emblèmes architecturaux, plusieurs œuvres  d’art viennent donner des couleurs au site et des repères à ses occupants :
  • l’imposante Araignée rouge de Calder aux lignes contemporaines ;
  • les Personnages fantastiques de Miro, dont les couleurs primaires détonnent dans leur environnement de béton et de verre ;
  • les mats lumineux du sculpteur grec Takis, qui s’érigent comme des repères dans le décor urbain ;
  • la fontaine de Yaacov Agam reconnaissable à ses briques multicolores ;
  • le Pouce de César, moulage de 12 m de haut qui règne sur le quartier de la Coupole-Regnault ;
  • les doubles lignes indéterminées de Bernard Venet dont la structure semble évoluer selon le point de vue adopté ;
  • Slat de Richard Serra, œuvre moderne composée de 5 plaques d’acier de 25 tonnes chacune ;
  • After Olympia d’Anthony Caro, structure longue de 23 m en acier rouillé inspirée du Fronton de Zeus en Olympie.
À l’initiative de Defacto, chargé de la gestion, de la promotion et de l’animation du quartier d’affaires de la Défense, le projet « Paris La Défense Art Collection » a vu le jour afin de promouvoir les 69 œuvres disséminées au sein de l’espace public. L’objectif est double : il s’agit à la fois d’améliorer leur préservation et de faire connaître ce patrimoine artistique au grand public.

> À lire aussi : Quartier de La Défense : les projets à l’horizon 2017/2018

Un quartier d’affaires pour travailler...Et se cultiver

La valorisation artistique du quartier d’affaires de la Défense a été confiée à l’agence Frenak + Jullien Architectes. Le patrimoine culturel devrait être mis en avant en offrant une identité commune à cet ensemble pour le moins hétérogène. Plus accessible, plus visible, le site a pour vocation à terme, de devenir un véritable lieu culturel et touristique du Grand Paris.

Le projet se base sur le lien étroit qui existe entre les œuvres et leur lieu d’implantation, fontaines, bassins, rampes, murs, escaliers ; celles-ci s’imbriquent parfaitement dans l’environnement urbain de la Défense et font partie des lieux au même titre que les bâtiments. L’intérêt sera de rattacher ces œuvres aux mouvements artistiques auxquels elles appartiennent et de les rendre plus visibles. À cet effet, les œuvres « La Défense » de Barrias, création historique qui a donné son nom au quartier et « After Olympia » seront déplacées pour assurer une cohésion dans le parcours des visiteurs et permettre la réalisation d’un circuit plus dense.

Ce parcours s’étendra sur l’axe du quartier d’affaires et dans certains quartiers adjacents, et sera balisé par une signalétique au sol et à proximité de chaque œuvre. Des dalles traduites en français, anglais et chinois donneront des informations sur l’œuvre, sa situation, son créateur, et orienteront les visiteurs vers les structures artistiques les plus proches. Les visites pourront se poursuivre une fois la nuit tombée puisque chaque création sera valorisée par une mise en lumière.

En parallèle, des plans de restauration et de conservation préventive sont annoncés pour faciliter la gestion des créations. La politique culturelle est quant à elle déjà en place à travers la valorisation du fonds d’archives artistiques, la création de supports et d’un site web dédié ainsi que l’incorporation éventuelle de nouvelles œuvres.

Le quartier d’affaires de la Défense est il en passe de devenir la nouvelle destination prisée des touristes et des amateurs d’art ?

> À lire aussi : Quartier de la Défense : les tours Sisters, deux pour le prix d’une


Données cartographiques
Données cartographiques ©2016 Google
Données cartographiquesDonnées cartographiques ©2016 Google
Données cartographiques ©2016 Google
Plan
Satellite

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: