Espace de travail : existe-t-il une surface de bureau minimale ?

Pour un chef d’entreprise, le choix des locaux d’activité est une question fondamentale. En plus d’être situés dans un secteur accessible et favorable à votre activité, les espaces de travail doivent répondre à certains critères, notamment en matière de confort et de salubrité. Quels sont les critères à respecter avant d’investir ses locaux ? Existe-t-il une surface de bureau minimale ?

Surface du bureau : une question de confort

D’un point de vue légal, le Code du travail n’impose pas de taille minimale concernant la surface des bureaux dans leur globalité. Il s’agit surtout d’offrir aux personnes qui y travaillent un espace à la fois confortable, sécurisé et adapté à leur activité. En effet, l’employeur a pour obligation de s’assurer du bien-être ainsi que de la santé physique et morale de ses salariés.

La loi s’attache cependant aux normes de sécurité, de salubrité et d’hygiène des locaux. Les textes stipulent que le salarié doit ainsi pouvoir disposer d’une liberté de mouvement suffisante, d’une hauteur sous plafond décente et de locaux qui ne mettent pas sa santé en danger.

En open space ou en bureau individuel, seul ou à 10, le Code du travail, à travers la norme NF X 35-102, indique tout de même qu’une surface minimale de l’espace de travail doit être allouée à chaque employé.

> À lire aussi : Aménagement des locaux et incendie : les mesures à respecter

Espace de travail : comment calculer la taille nécessaire ?

La surface des bureaux attribuée à chaque salarié dépend du nombre de personnes travaillant dans un même espace. Ainsi, on estime que la taille minimale d’un bureau doit être de :

  • 10 m2 pour une personne seule ;
  • 11 m2 par personne dans un bureau collectif (donc 22 m2 pour deux salariés, 55 m2 pour 5 salariés, etc.) ;
  • 15 m2 par personne s’il s’agit d’un bureau collectif considéré comme bruyant (communications téléphoniques fréquentes, réception de clients, etc.).
Concernant les bureaux collectifs, la norme conseille de ne pas dépasser 5 salariés, tandis qu’un bureau paysager ne doit pas excéder plus de 10 personnes. La configuration des espaces de travail a aussi son importance :

  • un bureau d’une superficie de 25 m2 doit avoir une longueur inférieure à 2 fois sa largeur. Par exemple, un bureau de 3 m de large doit avoir une longueur inférieure à 6 m ;
  • un bureau dont la superficie excède 25 m2 doit avoir une longueur inférieure à 3 fois sa largeur. Concrètement, un bureau de 5 m de large doit avoir une longueur inférieure à 15 m ;
  • les salles de réunions, peu importe leur superficie, doivent offrir au minimum 3 m2 de surface par personne.
Les espaces de circulation sont aussi considérés comme des espaces de travail au sein des locaux de l’entreprise. Comme les bureaux, leur surface est aussi réglementée.

La largeur optimale des couloirs doit être de 1m50 pour respecter les normes d’évacuation en cas d’incendie et d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite.

En plus de ces surfaces minimales, l’employeur doit veiller à ce que le bien-être des salariés soit assuré. La luminosité des lieux, la sécurité des installations électriques et la qualité de l’air sont autant d’éléments devant être pris en compte.


JLL vous informe…
L’aménagement de votre espace de travail constitue un levier managérial considérable pour optimiser la rentabilité de votre entreprise. JLL vous accompagne pour concevoir vos locaux, les aménager et exploiter au mieux la surface de vos bureaux.

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: