Éclairage des lieux de travail : quels luminaires choisir ?

L’éclairage des lieux de travail joue un rôle capital dans le bien-être, la santé et le confort des salariés. Un espace bien éclairé permet en effet de préserver la bonne santé des yeux, de mieux se concentrer et d’améliorer les conditions de sécurité dans lesquelles évoluent les salariés.
Quelles sont les normes d’éclairages à respecter pour les entreprises ? Quels sont les critères à considérer pour le choix des luminaires ? Les réponses avec JLL.

Éclairage des lieux de travail : que dit la législation?

Tous les employeurs sont soumis à un certain nombre de règles en matière d’éclairage des lieux de travail :
  • les locaux doivent être exposés à la lumière naturelle ; la lumière artificielle intervient en addition ;
  • les fenêtres et autres baies vitrées doivent être transparentes et permettre de voir à l’extérieur ;
  • les employeurs doivent préserver leurs salariés de l’éclairage indirect (provenant par exemple des reflets sur les surfaces de travail) ou direct ;
  • tous les lieux dans lesquels les salariés évoluent doivent être suffisamment éclairés. Cela comprend l’éclairage du poste de travail, les aires de circulation, les escaliers, les espaces extérieurs, les vestiaires, les sanitaires, les espaces de restauration, etc.


Le niveau de luminosité doit être adapté en fonction du type d’espace et du type d’activité de l’entreprise. On retiendra par exemple que :
  • pour une activité de bureau, l’éclairage préconisé est de 200 à 300 lux ;
  • pour de l’écriture, de la dactylographie, de la lecture et du traitement de donnée, l’éclairage minimum préconisé doit atteindre 500 lux ;
  • les salles de conférence et de réunion nécessitent un éclairage d’au moins 500 lux ;
  • pour la réception, envisager à minima 300 lux.
 

Modes d’éclairage des différents espaces de travail : les indispensables

Indispensable pour que chacun puisse adapter l’éclairage selon ses besoins au cours de la journée et selon la tâche effectuée, la lampe de bureau est le compagnon indispensable des salariés évoluant dans le secteur tertiaire. Privilégiez les modèles possédant un bras articulé et équipés d’un réflecteur et d’une tête orientable.

Les luminaires au plafond jouent également un rôle essentiel pour le quotidien des salariés car ce sont eux qui prennent le relai lorsque la lumière du jour décline ou que les conditions extérieures offrent peu de luminosité. Selon la configuration des locaux, le type d’activité, et la hauteur sous plafond, privilégiez les lampes tubulaires ou compactes, les lampes à décharges (à l’exception des lampes à décharge de sodium) ou les spots LED qui offrent de bonnes performances et présentent une excellente durée de vie.
Les lampes à décharge de sodium, les lampes à incandescence tungstène et les lampes à incandescence halogène sont quant à elles à proscrire.

Pour éviter l’éblouissement des salariés et limiter l’éclairage direct, des grilles de défilement sont à prévoir.

Les critères à ne pas négliger pour l’éclairage des postes de travail

Penser l’éclairage des locaux de travail nécessite de prendre en compte plusieurs éléments.

L’IRC ou Indice de Rendu des Couleurs

L’INRS recommande au minimum un indice IRC de 80 à 90 (sur une échelle totale de 100) pour un rendu des couleurs satisfaisant. L’IRC ne doit pas être négligé dans le cadre d’activités où il est important de distinguer les couleurs, les nuances et les détails.

La température de couleur

Cette notion exprimée en degré Kelvin désigne la couleur apparente de la lumière émise par une source non naturelle. On distingue généralement les teintes chaudes (< 3300° K) qui peuvent augmenter le sentiment de chaleur ressentie, les tons froids (> 5000°K) qui tendent à diminuer le niveau de chaleur perçu et « agrandissent » le volume de la pièce et les teintes intermédiaires blanches ou neutres (entre 3300° et 5000° K) qui tendent à amplifier le niveau d’éclairage général.

Le choix de la température de couleur pour l’éclairage des lieux de travail est conditionné par le type d’activité des salariés, mais on privilégiera le plus souvent les tons intermédiaires.

Le type d’ampoules

En matière d’ampoules, le choix qui s’offre aux entreprises est vaste, notamment pour les lampes de bureau. Selon l’ampoule utilisée, le nombre de Watt requis pour le fonctionnement de la lampe de bureau diffère :
  • LED : 5W ;
  • Fluorescente : 9W ;
  • Halogène : 35W ;
  • Incandescent : 60W.
 

Décoration et esthétique

L’éclairage du lieu de travail influe sur l’ambiance globale de l’entreprise. Outre les considérations techniques, il peut être intéressant de se pencher sur l’aspect des luminaires et de faire en sorte de les intégrer de manière harmonieuse à la décoration de l’entreprise. Au lieu de se tourner vers des modèles basiques pourquoi ne pas en profiter pour jouer sur le design, l’originalité ou encore la couleur ?

Bon à savoir :
L’éclairage des lieux de travail nécessite de prendre en compte l’âge des salariés. En effet, les besoins en lumière augmentent avec l’âge et un salarié d’environ 45 ans aura besoin de deux fois plus de lumière qu’un salarié de 20 ans.

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: