Baromètre Cegos « Climat, stress et qualité de vie au travail » en 2014

Cegos, organisme spécialisé dans la formation professionnelle et continue, a récemment publié sa 16ème édition du baromètre
« Climat, stress et qualité de vie au travail ». Entre septembre et octobre 2014, 700 salariés, 290 managers ainsi que 145 directeurs des ressources humaines ou responsables RH évoluant dans des entreprises d’au moins 100 personnes ont été interrogés. Qu’en est-il de leur ressenti concernant le stress, l’ambiance et la qualité de vie au travail ? Le point, avec JLL.
  • Un climat social qui se dégrade
53% des salariés interrogés dans le cadre de l’étude estiment que le climat s’est dégradé au sein de leur entreprise au cours de la dernière année. Ce chiffre va de pair avec une motivation en berne puisque 46% des sondés ont déclaré être motivés en 2014, contre 58% en 2013.

Pour faire face à ce climat en déclin, certains salariés choisissent de lever le pied (42%), de prendre du temps pour eux (28%), de poser des jours de congé (19%) ou d’évoquer directement le problème avec leur manager (39%).

Malgré cette situation peu satisfaisante, 71% des salariés ont déclaré qu’ils demeuraient tout de même impliqués dans leur travail.

  • Un moral et une qualité de vie au travail qui ne sont pas au beau fixe…
La dégradation du climat social est complétée par l’augmentation des risques psychosociaux au sein de l’entreprise. Un quart des salariés et un peu plus de 20% des managers ont indiqué avoir subi un problème d’ordre psychologique comme une dépression ou un burnout.

La qualité de vie au travail ne semble également pas être optimale, car 53% des salariés et 68% des managers ont affirmé qu’ils faisaient régulièrement face à des situations de stress au travail. En cause, le manque de soutien et l’isolement, la charge de travail mais aussi les changements incessants menés au sein de l’entreprise. Le stress ressenti au travail aurait par ailleurs eu des conséquences négatives, notamment sur la santé, pour 87% des salariés et 78% des managers.

On notera enfin que la qualité de vie au travail n’est également pas optimale puisque 57% des managers indiquent que leur travail empiète régulièrement sur leur vie privée.

  • La qualité de vie au travail prise en compte par les entreprises
La dégradation de la qualité de vie au travail tout comme l’aggravation des risques psychosociaux sont des faits avérés que les services de ressources humaines des entreprises prennent de plus en plus en compte. Le baromètre Cegos montre ainsi que 57% des DRH ont mené des actions afin d’améliorer les risques psychosociaux et 59% ont mis en place des dispositifs visant à améliorer le quotidien des salariés.

Pour ce qui est des managers, si 94% ont estimé être attentifs au bien-être de leur équipe, 47% d’entre eux jugent que les procédures à appliquer en cas de détection de risques psychosociaux ne sont pas claires. En outre, 30% d’entre eux déclarent ne pas avoir été formés à les détecter. Des améliorations sont donc à prévoir pour simplifier l’identification de mal-être, de dépression ou encore de stress au travail par le personnel en charge de l’encadrement.

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: