Le toit végétalisé des Galeries Lafayette : quand l'immobilier laisse place à la nature

C’est dans le cadre de l’appel à projets « Végétalisations innovantes » visant à promouvoir le développement de l’agriculture urbaine, que cette initiative plutôt singulière a vu le jour dans la capitale : des fraisiers et d’autres plantes comestibles investissent les toits terrasses du plus célèbre des grands magasins parisiens.  
  • Un toit végétalisé sur les Galeries Lafayette, des fraisiers mais pas que…
Pénélope Komites et Jean-Louis Missika, adjoints à la Maire, ont inauguré en juin dernier le projet « Paris sous les fraises » mené par l’Association française de culture hors-sol. Accueilli par les Galeries Lafayette, ce projet dédié à la culture, des fraises, framboises, plantes aromatiques et fleurs comestibles a nécessité la construction d’un écosystème sur le toit du grand magasin. Plus de 1 000 m2 de surface cultivée pour une empreinte au sol de 500 m2.

  • Comment ça pousse ?
La culture devient verticale : un haut mur végétal et une multitude de murs à hauteur d’homme doublent la surface cultivée. Cette culture dite « hors-sol » permet aux végétaux de pousser sans aucune terre. Installés dans des supports en matériaux recyclés (laine de chanvre et de mouton) et alimentés par des micro-organismes, ces fraises et autres plantes comestibles s’auto-suffisent. L’eau est consommée, évaporée par les plantes et récupérée par des gouttières au sol avant d’être recyclée. Aucun engrais ni pesticide n’est utilisé pour cette culture gérée par logiciel et qui veut se développer dans une logique environnementale.

Au total, ce sont 150 variétés de plantes et de fleurs qui poussent au-dessus des têtes des clients et 3 ruches abritant 120 000 bourdons et abeilles qui procèdent à la pollinisation de ces végétaux.

  • Pourquoi un toit végétalisé ?
Cette installation qui a pour objectif d’étudier la culture biologique en milieu urbain, vise à établir une nouvelle relation entre la ville et sa production de biens alimentaires.

Végétaliser les toits de Paris est également une manière de rafraîchir les immeubles et de masquer des structures peu esthétiques.

Un projet précurseur qui laisse présager une nouvelle façon de concevoir la ville de demain. 400 kg de fraises ont déjà été récoltés depuis le début de l’opération, et Yohan Hubert, ce malicieux ingénieur agronome, espère bien convaincre les grands chefs de se fournir sur les toits des Galeries Lafayette.

> À lire aussi : Paysagisme d’intérieur : mettez du vert dans votre entreprise

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: