Bureaux individuels ou bureaux partagés : les Français ont fait leur choix !

Les Français sont nombreux à être réfractaires à l’idée de travailler en bureaux partagés, et préfèrent l’intimité d’un bureau individuel. Une idée qui va à l’encontre de la tendance actuelle, qui supprime le cloisonnement et favorise le développement des open space.
Selon le baromètre 2014 Actineo, les Français seraient près de 25% à être insatisfaits de leur environnement de travail. Les salariés de l’Hexagone semblent peu goûter aux espaces décloisonnés et aux bureaux partagés avec leurs collègues.

Cette « hostilité » se retrouve dans la configuration de leur espace de travail : 33% travaillent en bureaux individuels, contre seulement 19% en Grande-Bretagne selon l’étude. Les Suédois et les Néerlandais, ayant franchi le pas depuis longtemps, sont même 21% à ne pas avoir de bureau attitré.

Les open space ont fait leur apparition au début des années 1980 dans l’Hexagone, afin de réduire l’espace dédié à chaque employé, et donc de faire des économies. Les bureaux partagés sont quant à eux apparus dans les années 90 et se sont développés dans les années 2000, afin de favoriser l’échange d’idées et la créativité en entreprise.

Plusieurs facteurs expliqueraient cette réticence typiquement française. Le bureau serait assimilé à un territoire par les salariés ; dans des bureaux ouverts et communs, difficile de se constituer un espace privé. Par ailleurs, le travail en équipe serait davantage perçu comme une source de problèmes que comme un avantage.

Ces articles peuvent également vous intéresser

JLL vous propose les offres suivantes: